COTOPAXI (alt.: 5911 m.); en quechua: "clarté de la masse" - Informations détaillées de l'IG-EPN (en espagnol)

Ce stratovolcan symétrique de nature andésitique recouvert par une calotte de glace est le plus connu des volcans équatoriens et l'un des plus actifs. Le cône très pentu est couronné par un cratère sommital principal étendu sur 550 x 800 m.. Des vallées profondes parcourues régulièrement par des lahars irradient du sommet et de vastes coulées de lave andésitique s'étendent jusqu'au pied du Cotopaxi. Le volcan conique moderne s'est construit après un effondrement majeur de l'édifice il y a environ 5000 ans. Des coulées pyroclastiques ont accompagné plusieurs éruptions explosives du Cotopaxi, et des lahars ont fréquemment dévasté les vallées voisines. Les éruptions historiques les plus violentes ont eu lieu en 1744, 1768 et 1877. Des flux pyroclastiques sont descendus le long de tous les versants du volcan en 1877, et des lahars ont parcouru plus de 100 km vers l'ouest en direction de l'océan Pacifique et vers l'est en direction du bassin amazonien. La dernière éruption significative du Cotopaxi a eu lieu en 1904 lorsque plusieurs explosions se sont produites en générant des nuages de cendre.


Les chiffres en bleu indiquent la position de prise des différentes séquences photographiques en direction du volcan Cotopaxi. En rouge, les itinéraires suivis (données enregistrées sur un PPC HP 2490b équipé d'un GPS filaire HAICOM III).

Point 1 sur la carte - Vue sur le versant sud-ouest du cône terminal du Cotopaxi

Le sommet enneigé et verglacé du cône terminal du Cotopaxi, vu du refuge situé sur le versant sud-ouest à ~4000 m. d'altitude - La partie la plus ancienne du volcan (le Picacho), dont une portion pointe ici sur le versant sud-ouest, est également recouverte de neige. Le cône terminal est aussi appelé Incaloma (monticule de l'Inca).

Point 2 sur la carte

Le cône du Cotopaxi est entaillé par de profonds ravins où ont régulièrement circulé au 19è siècle des coulées de lave, de boue et de matériaux pyroclastiques.

Petites fleurs de montagne et végétation du páramo (steppe de montagne dans la Cordillère des Andes) du genre edelweiss et crocus - Cactus endémique.

Les lamas bien velus veillent à 4000 m. d'altitude.

Daniel (Danielito) & Antonin (Anto) savourent tranquillement leur sandwich local sur la place centrale du village, quasi abandonné, de San Ramon.

Le Cotopaxi vu de la colline du Panecillo à Quito (zone Sud), à  80 km de la capitale équatorienne -- Le sommet du Cotopaxi vu d'avion au coucher de soleil (vol Quito-Guayaquil-Madrid).

Le cratère sommital ; photo Wikipedia


 Retour page d'accueil